Actualités > Exposition
> Evènement
> Collections
> Revue de presse
 

> Fraises - cols extravagants
Dentelles anciennes mises en volume

Nuit des Musées 2009> Retour à la page d'accueil du site

 

 

Journées du patrimoine A l'occasion de l'exposition "Fraises - Cols extravagants", le musée a enrichi ses collections de dentelles anciennes. En effet, une partie des dentelles anciennes étaient en itinérance avec l'exposition "Dentelles en voyage". Ce sont donc 4 dentelles des XVIe et XVIIe siècles qui ont intégré les collections en provenance d'un antiquaire spécialisé britannique. Présentation des nouvelles venues :

 

 

 

 

Cette dentelle aux fuseaux à la main en lin provient d'Italie. Son dessin est typique de la fin du XVIe siècle. Le motif en X constitue l'élément principal du rapport de dessin.
La mise en volume est effectuée selon le principe d'une fraise simple à un rang d'alvéoles libres, montée sur un col haut fermé. La faible longueur du fragment initial ne permet qu'une réalisation partielle de la fraise.

 

 

 

 

 

La manchette présentée dans l'exposition a été acquise dans un ensemble de 2 manchettes et un col aux dessins assortis. Les deux manchettes sont de composition identique : chacune est une portion de cône et résulte de l'assemblage de 4 volants.

L'examen au stéréoscope montre que l'assemblage des différentes bandes de dentelles est réalisé avec un fil ancien, de même que celui utilisé pour l'exécution de la dentelle.

La pièce est simplement remise en forme sur une manche de pourpoint d'homme taillée selon les modèles et méthodes des années 1600.

 

 

 

Ce volant en dentelle à l'aiguille en lin, daté vers 1590-1610 est monté en fraise à un rang. Cette dentelle fait partie des premières dentelles à l'aiguille réalisée sans support textile préexistant, contrairement aux points coupés. Les points à l'aiguille s'appuient sur un bâti (appelé "trace") réalisé ici avec une corde de deux fuseaux.

Le dessin est marqué par le style géométrique des points coupés mais la délicatesse de la bordure annonce déjà l'inspiration florale qui va marquer les années 1600. Ce type de pièce est appelé "punto in aria".

 

 

 

 

Pour le point coupé, la dentelle est taillée dans une pièce de tissu préexistante dont on ne conserve qu'une partie des fils. La structure orthogonale reste ainsi fortement marquée. Cette technique est parfois désignée sous le nom italien de "reticella".

La pièce acquise par le musée remonte aux années 1560-1580.

Isabelle Lebreton, costumière, a mis en volume cette dentelle selon un modèle de fraise à godrons à un rang. La bordure extérieure manquant, elle est représentée dessinée à l'encre sur un plastique de conservation.