> Présentation
> Les collections
> Le centre de documentation spécialisé

> Soutenir le musée
 

> Les manufactures
> Les dentelles
> La chaîne opératoire
> Le chantier des collections

La création des modèles| La fabrication des dentelles | La transformation | Les finitions | La commercialisation


> Retour à la page d'accueil du site

Les collections

La chaîne opératoire - La fabrication des dentelles

La fabrication des dentelles se fait à domicile et non au sein de la manufacture.


 
Le matériel de la dentellière

Le métier de la dentellière est appelé " carreau ". Il est construit à partir d'un bâti en bois, plus bas à l'avant qu'à l'arrière habillé de paille et couvert de tissu et de toile cirée. Sur le haut du carreau est installé un rouleau traversé par un axe permettant ainsi sa rotation. Le carton modèle est fixé sur ce rouleau, au fil de leur exécution les dentelles tombent à l'arrière du métier dans une cavité dite " boite " ou " cave ".

carreau de dentellière

Qui sont les dentellières ?

Elles ont appris la dentelle enfant, sur le tas, auprès de leur mère ou des femmes du village. Celles qui font beaucoup de dentelles sont aussi les plus expérimentées : elles sont célibataires, l'activité dentellière pouvant dans certains cas être leur principale source de revenus. Veuves, elles vivent chez elles ou chez un enfant, apportant un complément de revenu au ménage. Les femmes mariées ont abandonné la dentelle par manque de temps ou ont gardé une activité ponctuelle. Elles ont suivi leur époux, commerçant, artisan, ouvrier ou agriculteur et ont repris le carreau lorsque leurs enfants ont été grands ou après la cessation d'activité de leur mari.
La dentelle apporte un salaire d'appoint fluctuant en fonction du marché. Elle demeure un travail à domicile payé à la pièce.
 

 
carte postale ancienne de Tiranges

La vente des dentelles auprès des manufactures

Les ouvrières se rendent à la fabrique pour vendre leurs dentelles. La marchandise est évaluée selon une ancienne unité de mesure : " l'aune ", correspondant à environ 120 centimètres.

Au-delà d'une dizaine de kilomètres des manufactures implantées dans les bourgs, " des leveuses " collectent les dentelles pour le compte des fabricants, moyennant une commission variant de 5 à 10 %, (avant 1850, ces leveuses alors appelées des marchandes, n'étaient pas rattachées à un fabricant en particulier, elles se rendaient au Puy-en-Velay pour vendre leur marchandise au plus offrant).
La fonction des leveuses est de répartir les commandes de dentelles auprès des ouvrières, leur fournissant les cartons modèles (dit cartons piqués) et les fils. Elles sont elles-mêmes dentellières, commerçantes ou paysannes, le plus souvent habitantes du village ou d'un village voisin.
Les dentellières achètent le plus souvent directement leur fil à la fabrique ou par l'intermédiaire de la leveuse.
cf. Collection Regards sur une vie :
"Rose OUILHON,leveuse de dentelles"
cf.Catalogue d'exposition :
"La dentelle, des manufactures aux musées"

 

Suite ...
La transformation